Coûts du cycle de vie (CCV) dans les marchés publics. Réflexions provenant des administrations publiques

Antonio SÁNCHEZ TRUJILLANO
Ingénieur civil, C. et P. Directeur, Centre d'études des transports (CET)
Centre d'études et d'Expérimentation des Travaux publics (CEDEX)

Marcos PERELLI BOTELLO
Ingénieur civil, C. et P. 
Coordinateur scientifique du programme technique du Centre d'études des transports
(CET). Centre d'études et d'Expérimentation des Travaux publics (CEDEX) 

RÉSUMÉ:

L'utilisation du coût du cycle de vie de calcul (LCC) comme un outil pour l'évaluation des offres est un nouveau concept au niveau de la politique de l'UE. Cette façon de calculer les coûts a été introduit pour la première fois avec les directives sur les marchés publics européens actuels, qui doit à son tour être transposées dans la législation espagnole dans les prochains mois. Cet article présente la nouvelle situation concernant CCV générée par ces directives, et le secteur de la construction et la route notamment; d'autres notes méthodologies et met en évidence les outils existants et, enfin, expose les circonstances à adresser aux autorités d'entreprendre proposé avec succès par ces directives vers une évaluation plus précise et complète du défi des offres, au-delà de son le prix d'achat, et qui encouragera l'examen de leur impact sur l'environnement en termes de coût, tout au long de leur cycle de vie.

MOTS-CLÉS:

Accord, Environnement, concurrence, contrat, coût du cycle de vie (LCC), les marchés publics, externalité environnementale.

Les cookies nous permettent d'offrir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. Voir la politique des cookies